Algérie : la Caf exige des sanctions exemplaires après la mort d’Albert Ebossé

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

la Caf exige des sanctions exemplaires après la mort d’Albert Ebossé

Dans un communiqué publié sur le site internet de son organisation, le président de la Caf, Issa Hayatou a exigé des « sanctions exemplaires » après ce qu’il a qualifié « d’acte grave de violence ».

L’attaquant camerounais, Albert Ebossé Bodjongo, 26 ans, est décédé à l’hôpital de Tizi Ouzou. Il a succombé à un traumatisme cervical, provoqué par un projectile qui l’avait atteint au moment où il rejoignait les vestiaires avec les joueurs des deux équipes et leurs dirigeants à l’issue du match perdu par 1 à 2 par la JS Kabylie face à l’USM Alger. Il avait marqué le but de la JS Kabylie.

« La violence n’a pas de place dans le football africain en particulier et dans le sport en général. Le football africain ne peut pas devenir le terrain du hooliganisme », a déclaré Issa Hayatou.

En Algérie, le ministère algérien de l’Intérieur, Tayeb Belaïz a ordonné l’ouverture d’une enquête sur le décès d’Albert Ebossé, attaquant à la JS Kabylie. Il a aussi ordonné « l’arrestation immédiate des auteurs de ce crime pour les présenter devant la justice ».

La ligue algérienne de football professionnel (LFP) a décidé de fermer le stade de Tizi Ouzou « à titre conservatoire » et « jusqu’à nouvel ordre ».

Le président de la JS Kabylie, Mohamed Chérif Hannachi a déclaré : « Il n’y a plus de football en Algérie », d’une voie éteinte par la douleur, alors qu’il était près du corps sans vie de l’attaquant de son club.

Ce décès a aussi suscité la consternation à Tizi Ouzou, en Kabylie et dans toute l’Algérie. Des centaines de supporters de la JS Kabylie ont passé une bonne partie de la nuit devant l’entrée de l’hôpital, selon des témoins oculaires. Le défunt, élu meilleur buteur de la précédente saison, jouissait d’une grande popularité auprès des supporters des Canaris.

Ce drame remet sur le tapis le phénomène de la violence dans les stades dans le pays. La coupe d’Algérie et les rencontres de l’équipe nationale et des clubs algériens avec leurs homologues africains et arabes, sont programmées en dehors d’Alger, généralement à Blida, à 50 km au sud de la capitale, à cause des violences.

ARDiallo

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »