Casamance: Entre la colère et le besoin de comprendre

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Entre la colère et le besoin de comprendre

Une quinzaine de personnes originaires de la Casamance dont des membres du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) participent dans « le plus grand secret » depuis une semaine, à une rencontre dans le village de les Caux en Suisse. Ce groupe a quitté la Casamance avant de séjourner plusieurs jours dans un hôtel à Dakar.

Selon nos sources depuis l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar, parmi ces voyageurs sont formellement identifiés Abdou Elinkine Diatta et Edmon Bora qui sont munis de passeports sénégalais gracieusement fournis par les autorités sénégalaises avec les recommandations spéciales des services de renseignements basés au palais du président Macky Sall et supervisés par l’Amiral Sarr.

Au niveau du siège du MFDC à Ziguinchor, des membres du mouvement indépendantiste ont déclaré à notre journal qu’ils ne sont pas informés du déplacement de leur porte-parole.

Pour les combattants du maquis, nos interlocuteurs avouent qu’ils ne sont au courant de rien et demanderont le moment venu des explications.

Interrogé par nos soins, Malick Dabo, responsable de la Communication de la section Suisse du MFDC est clair: « Nous ne sommes ni de près, ni de loin, liés à ces rencontres et notre calendrier de travail n’est pas imposé par les services sénégalais ou des organisations non gouvernementales. Nous avions dans ce sens envoyé une communication interne à toutes les instances du mouvement pour expliquer notre refus de participer à des rencontres sous le dos des Casamançais ».

En effet, plusieurs questions restent ouvertes: Quel est le but de ces rencontres ? Combien coûtent ces rencontres ? Qui a financé ces voyages et l’hébergement ? Pourquoi les ténors du MFDC en Europe ne sont pas présents?   Pourquoi les populations et les combattants ne sont pas informés ?

Tant de questions qu’Abdou Elinkine Diatta sera tenu de répondre face aux militants dès son retour à Ziguinchor le 24 juillet prochain.

Pour le moment la colère et le besoin de comprendre règnent en Casamance.

ARDiallo

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »