Casamance: Communiqué du CIU du MFDC sur l’exploitation du zircon à Niafrang

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Communiqué du CIU du MFDC sur l’exploitation du zircon à Niafrang

Objet : dénonciation du forcing du gouvernement sénégalais pour l’exploitation du zircon de Niafrang

Depuis ce matin, en raison d’une supposée visite du ministre des mines du Sénégal, les forces sénégalaises ont investi les lieux du site d’exploitation injuste et impopulaire de cette ressource stratégique entrant entre autres dans la fabrication des armes nucléaires et confiée à Astron compagnie chinoise, sous prétexte d’assurer la sécurité des responsables de cette firme.

En vérité, l’armée de la Casamance en lutte, les populations, l’opinion casamançaise sont hostiles à l’exploitation de cette ressource pour des raisons diverses : la Casamance en lutte tient à gérer elle-même ses ressources naturelles – les normes environnementales ne sont pas respectées par les exploitants et le gouvernement du Sénégal – les bénéficiaires des retombées de cette exploitation ne sont pas les casamançais, mais l’Etat colonial du Sénégal, etc.

Telles sont les raisons de la présence de l’armée sénégalaise dans le site d’exploitation. Nous dénonçons cette présence militaire et appelons Attika à protéger les intérêts économiques du peuple de Casamance. Le Mfdc dénonce le pillage qui s’annonce des richesses naturelles de la Casamance et rappelle que ce fut l’une des raisons de sa lutte et cela demeure encore un bon motif de relancer la résistance.

Le développement de la Casamance est de la responsabilité des casamançais et de leurs institutions souveraines. Depuis des décennies, en réponse à notre revendication politique, les recettes économiques de Dakar n’ont pas permis à notre peuple d’amorcer le vrai développement qui garantisse son indépendance et sa prospérité.

Dans le cadre d’une vraie paix, issue d’un processus de négociations politiques justes et transparentes, la Casamance et le Mfdc offriront aux peuples de Casamance les alternatives de développement dont les détails, par souci de stratégie, ne sont pour le moment pas rendus publics. Que le peuple sache qu’ils existent bel et bien.

A la chine, qui a le marché de l’exploitation nous indiquons que si les sénégalais restent prisonniers du modèle classique de développement, nous exigeons, au nom de notre peuple et suivant le modèle de développement qu’il entérinera sous peu, parmi les conditionnalités de la coopération, le transfert de technologie, le contrôle de tout le circuit allant de l’exploration a la vente. C’est cela la souveraineté et nous y tenons.

« Kou chinoiskou kou force diat ni Mofom molal, man waff woubadjill. Bouko knengue !!!! »

Fait en Europe ce 24- 08- 2017

Le Cercle des Intellectuels et Universitaires du Mfdc

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »