Casamance: Appels à des manifestations contre le régime sénégalais

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Appels à des manifestations contre le régime sénégalais

Un mouvement social commencera dès le weekend prochain par des manifestations pacifiques dans toute la Casamance mais aussi dans plusieurs pays où vivent nos compatriotes. Un appel – dont le Journal du Pays a reçu une copie – est lancé dans ce sens, autour du « Non » à l’exploitation du zircon dans les villages de Niafrang et de Kabadjo situés au nord-est de la Casamance à quelques kilomètres de la frontière sud de la Gambie.

D’autres revendications sociales et démocratiques sont aussi lancées: contre le chômage, la pauvreté et pour le logement et l’amélioration des services comme la santé et l’éducation ; lutte contre les maux sociaux que la dislocation de la cellule familiale et contre la corruption aussi ; contre l’oppression des femmes, pour la libération des peuples de Casamance.

Les auteurs de l’appel pacifique espèrent que les autorités sénégalaises, malgré leur présence militaire dans des écoles de différents villages traiteront ce mouvement de la façon la plus responsable et surtout pas par la violence des armes comme en décembre 1982 et 1983.

Cela serait d’ailleurs surprenant ! Car les autorités sénégalaises ne connaissent pas le langage de la retenue envers les Casamançais. Ils ont renforcé la présence militaire. Il faut plutôt s’attendre à la répression policière de toute manifestation, même si elle est pacifique.

Nous avions tous constaté les violences politiques de ces derniers mois lors des législatives. Khalifa Sall, le maire élu de la capitale Dakar, est toujours en prison alors que le sénégalais « Goorgoorlu – débrouillard » ne comprend pas comment la famille du président Macky Sall peut-elle s’enrichir sur leur dos de jour en jour !

La situation économique et sociale est propice aux manifestations de protestation. Les réformes pompeusement annoncées par Macky Sall pour dégager la Casamance de la guerre imposée n’ont montré aucun signe qui prouverait la volonté et la capacité des Sénégalais à les mener réellement.

De très fortes inégalités entre Sénégalais et Casamançais en Casamance, inadmissibles ailleurs, caractérisent ce régime. Les jeunes Casamançais, condamnés au chômage et à l’absence de libertés, sont révoltés par le fait que les Sénégalais dilapident les richesses du pays pour leurs besoins particuliers. Pour préserver leurs propres privilèges, les autorités sénégalaises ont choisi d’imposer à la population une politique d’austérité faites de coupes budgétaires, de gel des salaires et de suspension de projets d’investissement qui touchent surtout les jeunes, les premiers frappés par les taux de chômage. Jusqu’à quand ?

La Casamance bouge. Ses peuples veulent le changement vers la liberté et cet avènement est inévitable.

Pierre Coly

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »