Sénégal / Mauritanie: la tension persiste

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

la tension persiste

Des ONG sénégalaises, dont la section locale d’Amnesty international, ont annoncé jeudi renoncer à tenir une conférence de presse à Dakar sur les droits de l’Homme en Mauritanie voisine en présence de l’opposant mauritanien Biram Ould Dah Ould Abeid.

« Biram n’est pas dans une logique d’embarrasser l’Etat du Sénégal, et c’est pour cela qu’il a choisi de reporter cette conférence« , a déclaré le directeur d’Amnesty International Sénégal, Seydi Gassama.

Auparavant, à Dakar, M. Ould Abeid, président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), qui dénonce la persistance de pratiques esclavagistes en Mauritanie, avait renoncé à s’exprimer lors d’un nouveau point de presse organisé par Amnesty International Sénégal, la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) et la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH).

« Nous connaissons l’histoire très heurtée entre le Sénégal et la Mauritanie. Nous avons tous été traumatisés par les événements de 1989« , a-t-il souligné, relevant que « les brouilles entre les deux pays ont toujours des répercussions sur les populations ».

Des violences communautaires entre les deux pays en 1989 avaient fait des centaines de morts en Mauritanie et abouti à des départs forcés de populations de part et d’autre. L’intervention de l’armée sénégalaise en Gambie au nom de la Cedeao a amplifié la tension entre Nouakchott et Dakar.

Samsidine Badji (SAM)

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »