Casamance : Analyse du discours de Mahmouda II de Robert Sagna et de la plateforme des femmes

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Analyse du discours de Mahmouda II de Robert Sagna et de la plateforme des femmes

En panne de vitesse et dépourvu de financements le GRPC et le Plate-forme des femmes trouvent des astuces pour rebondir et continuer à vivre du conflit casamançais.

Très habile dans les manœuvres pour bénéficier de la totale confiance du président Macky Sall et des bailleurs de fonds, Robert Sagna n’ayant plus accès au maquis s’est retourné vers les populations à travers l’organisation de foras communautaires pour parler de développement et de paix.

Robert Sagna, il s’agit bien de lui, celui qui en tant que ministre a collaboré avec Abdou Diouf pour commettre les plus odieux massacres et en crimes de 1980 à 2000 en Casamance, a fait croire au président Macky Sall que ce forum émane de la volonté des populations locales et particulièrement des jeunes du Narang.

En vérité, c’est lui-même qui en est le porteur et le bailleur de ce que nous appelons complot. Il est entré en contact avec les jeunes par le canal de son fidèle serviteur monsieur Ama Dieme. Ainsi depuis trois mois, il tenait des rencontres pour une bonne réussite médiatique de cet événement.

Robert Sagna est passé maître d’œuvre du contenu tous les discours, il était ce jour-là non seulement le parrain de la rencontre, mais l’animateur, le modérateur, le préposé au micro central et l’attaché de presse car c’est lui qui a mobilisé toute la presse locale avec un mot d’ordre voilé, une sorte de cours d’éthique et de déontologie journalistique en leur disant ‘ dites ce que vous avez vu’. Nous disons oui à la presse de dire ce qui est vu sans oublier le passé criminel.

Dans sa communication il a fait croire aux populations que sa présence sur les lieux est consécutive à une invitation que lui ont adressée les jeunes. Mensonges !

Robert croit qu’il peut tromper tout le monde. Pourquoi n’a-t-il pas dit qu’il est bailleur de ce forum ?

Il a au cours de cette rencontre dit aux populations que c’est Macky Sall qui l’a demandé de l’aider à résoudre le conflit et qu’après le forum il retournera face à face lui rendre compte avec tous les détails précis de cette rencontre.

Macky Sall a ses services de renseignements sur le terrain en Casamance, et nous pensons que le président sénégalais a toute la latitude de s’informer sur qui fait quoi en Casamance et de savoir que Robert Sagna n’a pas de contact avec le MFDC. Il est en contact avec Diakaye la milice pro-sénégalaise créée par Sidy Badji contre Abbé Diamacoune Senghor et le MFDC indépendantiste. Nous savons en son temps, il a joué un rôle important à mettre Diakaye dans le giron sénégalais avec la complicité d’Alexandre Djiba, Jean-Marie Biagui, Ablaye Diédhiou, Kamougué Diatta.

Rejeté par les combattants, mais refusant de disparaître de la scène politique casamançaise, Robert Sagna et ses serviteurs n’insistent pas dans le développement de la Casamance mais uniquement dans une « stratégie de division » du MFDC.

Dans l’incapacité de dialoguer avec les différentes sensibilités du MFDC il s’est rabattu sur une nouvelle « association » dénommée « Assaninga » qui ne serait ni plus ni moins d’anciens et nouveaux promoteurs de Diakaye.

Fait étonnant, Robert Sagna ne s’entend plus avec les membres du groupe dit « de contact » aussi issu de Diakaye pour le simple fait que cette autre frange de démobilisés de Diakaye avait accepté de collaborer avec l’ONG Humanitarian Dialogue (HD).

Ainsi Diakaye est divisée. Pourtant, c’est ce dernier groupe qui lui avait facilité le contact avec la milice de Diakaye. Peut-être que Robert a l’intention de créer un nouveau mouvement qui lui sauverait de la justice pour ses crimes perpétrés en Casamance ?

La Casamance, quant à elle, n’oubliera pas.

Que Robert Sagna ne se détrompe pas. Lui, Abdou Diouf, le général Dieng, le commissaire Kane, et tant d’autres seront jugés de leur vivant ou après leur mort.

Aucun combattant des indépendantistes du MFDC n’a été mandaté à rencontrer Robert Sagna ou à assister à quelconque réunion à Narang. Son jeu est désormais connu par tout le monde. On verra ce que donnera la suite de ce forum.

Un acteur prêt à chercher de convaincre les populations de l’opportunité d’exploiter le zircon en Casamance.

« Les premiers ennemis de la Casamance sont les fils de la Casamance » disait l’autre ! Robert donne l’impression d’aimer la Casamance, mais c’est juste qu’il utilise le conflit et l’ignorance de certaines personnes pour mieux s’établir. Mais, nous le disons fort ! La Casamance n’appartient pas à Robert Sagna et un jour il sera jugé en tant que criminel. Nous espérons que cette déclaration n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd.

La nature de ses relations avec monsieur Ibrahima Diaw est connu par nos services, ce dernier n’osant plus descendre dans les zones ciblées pour exploiter le zircon, l’a sollicité avec un accord de financement à la clé. Nous détaillerons ce volet le moment que nous déterminerons.

Depuis 2014, par différents communiqués des chefs du maquis, le MFDC s’est engagé à côté des populations de sécuriser toutes les zones contre toute exploitation minière.

Il appartiendra à Robert Sagna et ses acolytes de prendre aussi toutes leurs responsabilités face à leur engagement avec Mr Diaw. Son contrat avec Mr. Diaw ne concerne ni les populations locales en Casamance, ni le MFDC.

Aux bailleurs de fonds, aux décideurs politiques, ainsi qu’à tous les acteurs qui s’intéressent au conflit que Robert Sagna n’est pas en contact avec le MFDC et n’est pas mandaté par le MFDC comme interlocuteur ou médiateur.

La cellule de communication du Maquis

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »