Casamance: La confiance aux démarches du Kekendo est au niveau le plus bas chez les militants indépendantistes du MFDC

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

La confiance aux démarches du Kekendo est au niveau le plus bas chez les militants indépendantistes du MFDC

Les membres du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) rejettent le « bureau de concertation » proposé par les étudiants du Kekendo il y a trois semaines au Cap Skirring.

Invités pour une formation sponsorisée par la Diaspora américaine, ARESCA et CasaEspoir en collaboration avec Humanitarian Dialogue (HD), le séminaire aux cours de techniques de négociation s’est déroulé dans de bonnes conditions ont avoués la trentaine de participants accompagnés par les étudiants du Kekendo.

A la fin du séminaire, à la surprise générale, une réunion aurait été convoquée par les étudiants et le groupe de militants de Diakayes à leur tête Louis Tendeng et Youssouf Coly récemment sorti de prison pour « émission et trafic de faux billets de banques. «

A la sortie de cette séance, un document élaboré selon des témoins par le directoire du Kekendo mais qui ne comporte ni d’entête, ni de date et ni de signature, dont le Journal du Pays a eu une copie mentionne que seulement quatre groupes dans toute la Casamance sont représentés : Bignona, Diakayes (Assaningha), Balantakounda et un comité d’Oussouye.

Les membres de Diakayes comptent utiliser ce document pour se présenter auprès de toutes les sections du MFDC, pour disent-ils légitimer leur « leadership ». Ils souhaitent ainsi prendre en main la branche politique du MFDC laissée libre par les secrétaires généraux autoproclamés du mouvement indépendantiste que sont Mamadou Nkrumah Sané, Salif Sadio et Abdou Elinkine Diatta.

Le MFDC évoque une grande tentative de déstabilisation menée depuis la capitale du Sénégal à l’image de celle dirigée par Sidy Badji, le fondateur de Diakayes contre Abbé Diamacoune Senghor en 2000 à Banjul.

Les membres du MFDC à Bignona, dans le Kassa et dans le Balantacounda ont déjà averti, qu’ils ne souhaitent aucune rencontre avec le groupe de Diakayes.

Pour eux, ce qui est pointé du doigt, c’est « un processus politique qui s’est déroulé sans préavis et dont les intentions n’étaient pas cachées d’autant plus qu’il émane du groupe pro-sénégalais de Diakayes. »

La confiance aux démarches des étudiants du Kekendo est au niveau le plus bas chez les militants indépendantistes, d’autant que la nouvelle du voyage de leurs dirigeants à Cotonou au Bénin la semaine dernière, diligenté par une certaine Yannik Arlabosse Titz coutumière des faits, ne rassure personne en Casamance.

Samsidine Badji (SAM)

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »