Sénégal: Un militaire français détenu en prison à Dakar pour agression

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Un militaire français détenu en prison à Dakar pour agression

Des gendarmes sénégalais accompagnés de leurs collègues français ont mis aux arrêts un militaire français en service à Dakar, la capitale sénégalaise.

Dans la nuit du 16 septembre 2018, Oumar Watt, 31 ans, un jeune Dakarois, présentement dans le coma, aurait été agressé par des militaires français dans une boîte de nuit de la place.

Selon la presse locale, il a été atteint « de multiples contusions cérébrales, bi-frontales, temporales gauches et diencéphaliques » avec une arme décrite comme « poing américain ».

Le militaire interpellé fait partie des cinq militaires français cités dans cette affaire. Ces cinq militaires français en tenue civile ont eu un accrochage avec des jeunes Sénégalais dans l’ancienne d’un point chaud du quartier les Almadies de Dakar.

Les faits relatés par la presse dakaroise indiquent qu’aux environs de 5h du matin le 16 septembre, Oumar et quatre de ses amis dont deux jeunes filles passaient de bons moments dans le Club restaurant. Cinq militaires français en état d’ébriété ont commencé, alors, à s’intéresser à leurs invitées.

Il n’en fallut pas plus pour susciter la colère du trio sénégalais qui ne pouvait pas accepter de voir leurs «sœurs » perturbées par les militaires français.

Une violente bagarre s’en est suivie. Oumar décide de se mettre entre les deux groupes pour les séparer, c’est à ce moment qu’il reçut un coup sur la nuque de la part d’un des militaires.

Un des militaires français âgé de 21 ans, première classe appartenant aux Eléments français au Sénégal (EFS) depuis trois mois et demi. Il lui restait trois semaines de mission. Il est désormais incarcéré au sein de la prison de Rebeuss de Dakar. Son avocat compte demander une demande de mise en liberté provisoire.

Samsidine Badji (SAM)

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »