Casamance: Des crimes que cache le Sénégal, plusieurs casamançais jetés en mer

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Des crimes que cache le Sénégal, plusieurs casamançais jetés en mer

En février 1984, alors que la police sénégalaise réprimait dans le sang les manifestants casamançais qui revendiquaient l’indépendance le 26 décembre 1982, des crimes avaient été commis par les autorités militaires dirigées par l’ex-président Abdou Diouf de l’époque et qui demeurent encore tabou au Sénégal.

Des témoins qui ont emprunté un bateau militaire de Ziguinchor à Dakar ont évoqué le cas de 17 manifestants casamançais a évoqué qui devraient être transférés avec eux pour être internés dans les prisons.

Selon les témoignages, les manifestants ont été jetés à la mer entre la Casamance et la Gambie en haute mer de l’Océan Atlantique,

Les victimes ont été jetées avec des blocs de ciment de plusieurs kilos attachés à leurs pieds et à leurs mains. Une méthode barbare courante durant la colonisation.

Les crimes abjects commis par le Sénégal sont innombrables. Et les tentatives bien timides des responsables politiques d’en reconnaître quelques-uns sont loin de suffire pour tourner la page de 58 années d’occupation faites de massacres, de spoliation et d’aliénation.

Les gestes actuels pour l’exploitation du zircon, le fer et le trafic de bois de Casamance ne concourent pas à apaiser la tension qui persiste entre la Casamance et le Sénégal sur les sujets liés à la mémoire.

Antoine Bampoky

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »